THE MAN OF THE CROWD

"Les étranges effets de la lumière me forcèrent à examiner les figures des individus ; et, bien que la rapidité avec laquelle ce monde de lumière fuyait devant la fenêtre m'empêchât de jeter plus d'un coup d'oeil sur chaque visage, il me semblait toutefois que, grâce à ma singulière disposition morale, je pouvais souvent lire dans ce bref intervalle d'un coup d'oeil l'histoire de longues années." – ­Edgar Allan Poe, traduction de Charles Baudelaire.

Je développe depuis plusieurs années un projet qui interroge la place de l'homme dans les grandes métropoles contemporaines. Nous percevons le monde par les villes que nous habitons et c’est encore par les villes que nous découvrons le monde lointain. Dans ma série, les personnages que je photographie évoluent dans un territoire urbain sans bornes. La perte de repères et l’absence de frontières effacent les différences culturelles pour laisser la place à un paysage globalisé.

Les inspirations de ce travail sont multiples : d’une part, les recherches de la sociologue néerlando-américaine Saskia Sassen et son concept de ville Globale et celles du philosophe allemand Georg Simmel précurseur de la sociologie urbaine. Et d’autre part, la nouvelle de l’écrivain américain Edgar Allan Poe L’Homme des foules.

Ce travail né d’une réflexion sur l’évolution de nos sociétés cherche à mettre en lumière le développement frénétique des villes modernes, qui se traduit par “ l'intensification de la vie nerveuse du citadin ” : mon homme des foules par extension. Car aujourd’hui, être urbain revient à faire partie d’un ensemble extrêmement dense et intense. Muni de mon appareil, je pars photographier des provinces et des populations éloignées pour documenter les villes et les habitants qui composeront demain notre univers urbain commun. J’épingle les multiples facettes de l'homme des foules que je rassemble dans mes portraits. Je saisis ce personnage qui refuse d’être seul, qui se perd dans la foule pour exister, je l’en extirpe, le poursuivant rue après rue, ville après ville dans une sempiternelle marche.

Ainsi, je souhaiterais étendre ma recherche à d’autres grandes zones métropolitaines pour recueillir davantage de visages et apporter plus de richesse documentaire à ma série. C’est en sondant la diversité des lieux que je pourrai révéler l’unité des villes et de ses habitants.

Dès lors je n'aurai de cesse de repartir pour poursuivre ce travail de réflexion photographique sur le rapport de l’homme contemporain à son milieu urbain.  

 
 

"The wild effects of the light enchained me to an examination of individual faces ; and although the rapidity with which the world of light flitted before the window prevented me from casting more than a glance upon each visage, still it seemed that, in my then peculiar mental state, I could frequently read, even in that brief interval of a glance, the history of long years." Edgar Allan Poe

I have been developing for several years now, a project that questions the place of man in big modern metropolis. We perceive the world through the cities we live in and it is again through these latter that we discover the far-off world. In my series, the people I photograph are evolving in an urban territory with no bounds. The loss of landmark and the absence of boundary erase the cultural differences to give way to a globalized landscape.

The inspirations of this work are numerous: on one hand, the research of the American-Dutch sociologist Saskia Sassen with her concept of a global city and of the philosopher Georg Simmel, precursor of the urban sociology; on the other hand, Edgar Allan Poe’s short story: "The Man of the Crowd"

This work, born on a reflection on the evolution of our societies, shines the light on the frenetic development of modern cities, that takes form as the “intensification of the nervous life of a city-dweller”: my Man of the Crowd by extension. Because today, being “urban” means being part of an extremely dense and intense group. I am leaving, equipped with my device, to photograph provinces and distant populations in order to document towns and inhabitants who will compose the urban world, our urban world of tomorrow.

I am pinning the multiple facets of the man of the crowd I gather in my portraits. I am seizing this person who refuses to be alone, who gets lost in the crowd to exist, I am dragging him out, by pursuing street after street, town after town, in a perpetual walk.

Thus, I would like to extend my research to other big zones, metropolis, so that I can collect more faces and bring more documentary breadth to my series. By probing the diversity of the places, I will be able to reveal the unity of cities and its inhabitants.

Consequently, I would never stop to leave to keep on working on this photographic reflection on the relation between the contemporary man and its urban environment.